Un Trésor dans un champ...

“Tu t’es converti(e) à qu(o)i ?”

C’est la question que je me pose à moi-même (et que je te partage). Elle est venue en réflexion pendant ma lecture de l’excellent livre de John Piper “Desiring God – Meditations of a Christian Hedonist”1 que je ne peux que recommander. Voici l’extrait qui m’interpelle : “Saving faith means ‘receiving Christ’ (…) We usually say, ‘as Lord and Savior’. That’s right. But something more needs to be said. Saving faith also receives Christ as our Treasure. A non-treasured Christ is a nonsaving“. (Desiring God Foundation, 2011, p.40) – En français, ça dit quelque chose comme: “Être sauvé par la foi signifie ‘recevoir Christ’ (…) Nous disons habituellement ‘comme Seigneur et Sauveur’. C’est juste. Mais il y a quelque chose qui doit être dit en plus. La foi qui sauve, c’est aussi recevoir Christ comme notre Trésor. Un Christ qui n’est pas considéré comme un Trésor implique un non-salut”.

Ma réflexion à partir de là : Le point de départ de la vie chrétienne est un amour pour Dieu, une vraie reconnaissance à Dieu et Jésus pour l’œuvre à la croix, la résurrection, le Ciel promis, etc. Jésus comme Sauveur et Seigneur. Tout va bien au début de la conversion (je crois). Mais par la suite, je me demande si “Jésus-Sauveur-et-Seigneur” ne devient pas juste qu’une sorte de sésame qui a ouvert une porte. Une porte sur une communauté, une porte sur un ministère, une porte sur telle position dans l’église…

Jésus comme Sauveur et Seigneur, est-ce que ce n’est juste qu’un sésame pour ouvrir des portes dans l’église ?

Je ne dis pas que c’est d’office le cas. Je ne fais que m’interroger moi-même. Je me demande si je ne me suis pas converti d’abord à Christ, puis converti à un ministère, laissant le ministère prendre la place de Christ. En d’autres mots, je me demande si le ministère n’est pas devenu le Trésor et Christ (et Dieu) une partie de ce Trésor. Si Christ/Dieu n’est pas LE Trésor, ma vocation est tronquée.

Pour comprendre ce que je te partage :

  • J’aime méditer, étudier, prêcher la Bible. Mais au fil du temps, est-ce que ce ministère n’est pas devenu mon dieu qui remplace le vrai Dieu ? Une indication qui va dans ce sens : combien de temps est-ce que je passe dans la prière, dans une vraie relation avec Dieu, par rapport à ma relation avec le texte biblique qui titille mon intelligence ? Est-ce que ma foi ne devient pas quelque chose de plus en plus intellectuel tout en y perdant doucement ma vie spirituelle ?
  • Idem pour la louange : J’aime accompagner les chants à la guitare, j’aime animer la louange dans l’église… mais est-ce que je n’aime pas plus ça que Celui que je suis censé louer ? Ma louange n’est-elle pas en train de devenir elle-même l’objet de ma louange (j’espère que tu comprends l’idée) ? Est-ce que ma louange est vraiment “en esprit et en vérité” (Jean 4.24), c’est-à-dire spirituelle et axée sur la vérité de Dieu en Christ, ou intellectuo-musico-perso… satisfaisante et glorifiante (c’est si bon d’exercer un ministère musical dans l’église !).

Ce n’est qu’une réflexion qui me pousse à constamment réorienter ma vision vers Celui qui doit être le vrai Trésor… Celui que l’on trouve un jour (qui nous trouve !), comme ce trésor dans un champ de la parabole, et qui fait que l’on vend tout le reste, que tout le reste n’a plus d’importance parce qu’on veut uniquement ce Trésor-là. Que Christ soit le seul Trésor que je souhaite garder, voilà ma prière, mon vœu (pieux) suite à cette réflexion. Rien n’est gagné, mais je compte sur l’Esprit Saint pour m’y aider.

Seigneur, aie pitié de moi.


1 Ce livre existe aussi en français: John Piper, “Prendre plaisir en Dieu” (Ed. La Clairière, 1995, 260 pages).

Print Friendly, PDF & Email

9 réflexions sur « “Tu t’es converti(e) à qu(o)i ?” »

  1. waoihhh !!! je suis passée par cette réflexion il y a peu , je dirais même ( avec franchise) que c’est l’Esprit qui m’a fait remettre en question sur ce sujet! Lors du message de Pasteur ou Betty (mémoire courte i’m sorry lol ) sur le service de Marthe et la contemplation de Marie ! je me suis vue en Marthe 🙁 je ne dis pas que c’est forcément mal car il en faut des personnes au service du Maître mais j’avais perdu de vue l’objectif! Etre au service du Maître et non à mon service pour le Maître . Merci Pat d’avoir partagé ta propre remise en question 😉 J’aime l’idée que le Maître nous aime assez pour nous remettre avec tout son amour sur le bon chemin. Sois fortifié 😉 Gloire et honneur à notre Père Céleste .

    1. Merci Vanessa. Nos difficultés, nos questionnements, nos joies, nos peines sur nos chemins respectifs, aux uns et aux autres, ne sont jamais vraiment très différents en fait. Les chemins, nos vies, peuvent être tellement différent.e.s et nous pouvons pourtant comprendre ce que l’autre vit quand on est passé par là, quand on s’est posé la même question, etc. C’est aussi pour ça que les histoires de la Bible sont si parlantes aujourd’hui encore. Ils ont vécu à une autre époque, dans une autre culture, mais ça rejoint vachement notre réalité du quotidien…
      Merci pour ton commentaire encourageant!

  2. La pensée de ce livre est résumée dans un plus petit « Au risque d’être heureux » (73 pages) que j’ai lu l’année passée.

  3. Merci Patrick, de mettre des mots sur ce que nous pensons/vivons. Tu nous aides à verbaliser. Nous sommes donc déjà sur la voie de la restauration. Une restauration qui prendra tout une vie et qui ne sera complète que dans la présence éternelle du Christ. Tout ceci me fait penser au prophète Ésaïe dans ces interpellations du peuple. Et notamment à Esaïe 29:13 (tout le verset et pas seulement la première phrase). Texte cité en Mathieu 15 et Marc 7. Bref, le problème semble de toutes générations…encore MERCI.

  4. Merci Patrick c’est toujours un plaisir de te lire, j’ai vraiment apprécié cette méditation qui me donne à réfléchir sur la condition de mon engagement envers DIEU et je t’en remercie car ça me fait du bien soit béni ainsi que ta famille

  5. Merci Patrick pour ce partage, c’est tellement important.
    Cela m’a aussi interpellé il y a quelques jours.
    Sois béni et fortifié jour après jour.

  6. Merci Patrick, c’est tellement important.
    Cela m’a aussi interpellé récemment. Une bonne remise en question.
    Que le Seigneur te bénisse et te garde jour après jour. Sois fortifié.

  7. Tellement vrai ! Merci Patrick ! Il faut toujours se remettre en question et réfléchir à cette question : Qui (ou qu’est-ce qui…) occupe la première place dans ma vie ? Le Seigneur ou tout ce qui tourne autour… ? Merci de cet avertissement.

    1. Merci Patrick pour cette bonne remise en question, nous en avons justement discuté à notre répétition de chorale. Catherine a partagé des passages de la parole de notre Dieu et nous avons pris du temps pour savoir si nous chantions juste pour le plaisir de chanter où en prenant vraiment attention aux paroles et surtout en les vivants chaque jours. Encore merci, que notre Père Céleste te bénisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*